loader image

VOIR LES VIDÉOS DE LA CAMPAGNE PRECOBIAS

Rétrospection positive

Ce phénomène fait référence à notre tendance à juger le passé de manière plus positive que le présent. La rétrospection positive est donc très étroitement liée au concept de nostalgie.

MORE VIDEOS

hashtag2

Biais d'autorité

Ce biais fait référence à notre tendance à considérer les opinions et les instructions d’une figure d’autorité comme très influentes; nous sommes donc plus enclins à suivre ses instructions. Par exemple, les publicités télévisées mettent en scène des médecins pour exploiter le potentiel de persuasion d’une figure d’autorité.

Favoritisme au sein d'un groupe ou biais opposant l'endogroupe (interne) et l'exogroupe (externe)

Ce préjugé décrit une tendance à favoriser les membres d’un groupe par rapport aux membres d’un autre groupe. Cela peut s’exprimer dans l’évaluation des autres, dans les processus d’embauche, etc. Par exemple, les hommes pourraient avoir plus tendance à embaucher d’autres hommes plutôt que des femmes.

Biais de confirmation

Ce biais décrit la tendance à interpréter les informations de manière à confirmer nos croyances et nos opinions existantes. Les individus présentent ce biais lorsqu’ils recueillent ou mémorisent des informations de manière sélective, ou lorsqu’ils les interprètent de manière biaisée. L’effet tend à être plus fort si nous avons déjà un résultat souhaité en tête, ou pour des questions et des croyances chargées émotionnellement.

L'effet d'entraînement

Il s’agit d’un phénomène par lequel le taux d’adoption des croyances, des opinions et des idées augmente au fur et à mesure qu’elles sont adoptées par d’autres. En d’autres termes, si nous en arrivons à la conviction qu’une certaine opinion est très populaire, nous avons tendance à nous joindre à cette opinion afin de faire partie de “l’équipe gagnante”. Ce phénomène peut par exemple être utile aux partis politiques ou aux candidats dans une course électorale.

Biais de négativité

Cet effet décrit la notion selon laquelle, même à intensité égale, les événements de nature plus négative ont un effet plus important sur notre état psychologique et notre mémoire que les événements neutres ou positifs. Par exemple, si nous recevons vingt compliments et une critique, la remarque critique affectera notre humeur et nos actions dans une plus grande mesure que les compliments.

Effet des médias hostiles

Cet effet fait référence à la tendance à percevoir la couverture médiatique comme biaisée, contre nos propres opinions et en faveur du point de vue des opposants. Par exemple, aux Etats-Unis, tant les Républicains que les Démocrates ont parfois tendance à décrire les grands médias comme étant biaisés contre leurs opinions.

Effet de supériorité de l'image

Les photos et les images ont souvent plus de chances d’être retenues que les mots et peuvent contribuer à rendre une information mémorable. Cet effet s’explique par le fait que la mémoire humaine est extrêmement sensible aux stimuli visuels et symboliques. Toutefois, il n’y a pas encore de consensus scientifique sur la supériorité de l’image à l’heure actuelle.

L'effet d'humour

Cet effet amène les individus à mieux mémoriser une information lorsqu’ils la perçoivent comme étant humoristique. Par exemple, un enseignant pourrait utiliser l’effet d’humour pour aider les élèves à apprendre un certain concept, en illustrant ce concept à l’aide d’une histoire drôle.

L'hypothèse du monde juste

ou le sophisme du monde juste est un biais cognitif qui suppose que les actions d’une personne sont susceptibles d’avoir des conséquences moralement justes et appropriées. En d’autres termes, ce biais nous conduit à attribuer les conséquences quotidiennes au résultat d’une force supérieure qui rétablit l’équilibre moral. Ce biais implique la croyance en une justice et une stabilité.

Les biais cognitifs sont un terme collectif désignant les biais humains dans la perception, la mémoire, la pensée et les jugements. Bien que les biais cognitifs restent pour la plupart au niveau inconscient, il s’agit de distorsions systématiques. Personne ne peut s’affranchir de ses préjugés cognitifs. Au contraire, les biais cognitifs font partie de notre vie quotidienne et ils peuvent être très utiles car ils nous aident à retrouver rapidement des informations, à gérer l’excès d’informations, à structurer nos perceptions et à nous aider à prendre une décision. Mais il est nécessaire d’être conscient de ces biais afin de comprendre et de remettre en question de manière critique nos propres actions, souvenirs et processus de décision.

KONTAKT